Abbaye De Lessay 502

 Mairie de LESSAY
Le lundi : De 15h00 à 17h00
Du mardi au vendredi :
De 9h00 à 12h30 et de 15h00 à 17h00
Le samedi : De 9h00 à 12h00  





Lessay est située sur la côte Ouest du Cotentin, accrochée à son abbaye depuis le XIème siècle. La commune possède de nombreux atouts qui en font son charme : attraits historiques, culturels, économiques, sportifs, …
L’abbatiale, chef d’œuvre de l’art roman a été reconstruite à l’identique après les destructions occasionnées par les bombardements de juin 1944. Elle fait partie du circuit des abbayes Normandes. L’église abbatiale est visitée par des milliers de touristes qui profitent chaque été d’un festival de musique classique « les Heures Musicales de l’Abbaye de Lessay ».
Les moines Bénédictins, premiers occupants de ce patrimoine historique, créèrent au XIème siècle la Grande Foire Sainte-Croix presque millénaire. Durant trois jours, le deuxième week-end du mois de septembre, plus de 350 000 visiteurs et des exposants venus de la France entière convergent vers Lessay.
L’aérodrome a été baptisé en 1980 « Aérodrome Charles Lindbergh », nom du célèbre aviateur qui traversa le premier l’océan Atlantique en 1927. Il atterrit quelques jours après son exploit à Lessay avant de rejoindre, par la route, le port de Cherbourg où il embarqua sur le paquebot Memphis qui le ramena aux Etats Unis.
Cette base aéronautique s’est agrandie avec un espace de sports mécaniques où sont regroupées les activités de karting, camion-cross, rallycross… pour le loisir et le sport.
Des pilotes émérites participent au mois de juillet et août à des épreuves qui comptent pour le championnat de France dans les différentes disciplines.
Lessay c’est aussi un paysage unique dont la richesse écologique lui vaut d’être classé dans le réseau européen « Natura 2000 » avec les « Landes de Lessay » qui entourent la commune et « le Havre de Lessay » à quelques encablures de la mer. La Tourbière de Mathon, classée en Réserve Naturelle Nationale, constitue également un patrimoine où la nature est préservée.
La zone d’activités économiques de 30 hectares regroupe une diversité d’entreprises, l’agro-alimentaire y est prépondérant avec les salades « Florette », les purées « Créaline », le camembert REO et « les Jambons de Lessay »
Vous pourrez ainsi déguster de nombreux produits locaux et tous les produits de la mer de la côte Ouest du Cotentin.
Ce site internet va vous permettre de découvrir plus en détail Lessay et nous espérons que vous y viendrez pour y séjourner en vacances et peut-être pour vous y installer.

Le Maire
Claude Tarin

Retour

H
istoire de la commune

Histoire administrative

Le déterminatif date de 1950.

La commune fut rattachée au canton de Blainville pendant la période révolutionnaire.

Sous l'Ancien Régime, la paroisse relevait du bailliage principal du Cotentin ou de Coutances. Elle dépendait de l'élection de Coutances, de la généralité de Caen. Elle appartenait à la sergenterie de la Halle.

Patrimoine

L'église

L'église est dédiée à Notre-Dame. L'église appartint primitivement à l'abbaye de Lessay ainsi qu'un fief dans la même paroisse. Elle est relatée dans une bulle confirmative des propriétés de l'abbaye donnée par le pape Urbain III en 1186. Mais l'abbaye dut la céder plus tard à l'abbaye de La Lucerne car pendant les derniers siècle et jusqu'en 1789 elle était prieuré-cure et desservie par un religieux de l'abbaye de La Lucerne[1].

Elle dépendait, sous l'ancien régime, du diocèse de Coutances, de l’archidiaconé de Coutances (ou de la Chrétienté) et du doyenné de la Chrétienté.

Chapelle aux Jacquets

Cette chapelle est dédiée à Notre-Dame de la Paix.
Fermée au moment de la Révolution, elle a été ré-ouverte au culte en 1945.

Statue de l'amiral Tourville (1642 – 1701)


Anne Hilarion de Costentin plus connu sous le nom d’amiral Tourville, ne naquit pas à Tourville-sur-Sienne, mais à Paris. Cependant il conserva des propriétés en Cotentin et donna à la paroisse d’origine de sa famille la cloche en bronze de l’église. Tourville est contemporain de Louis XIV et du développement de la flotte française par le ministre Colbert. Capitaine de vaisseau dès 1666, il croise d’abord en Méditerranée où sévissent les pirates barbaresques. Il enchaîne les succès pendant la guerre de Hollande et est nommé commandant de la Marine royale en 1689. En 1690, il remporte la bataille du Cap Béveziers face aux Anglais jusque-là réputés invincibles sur les mers.

Le 29 mai 1692, sa flotte, très inférieure en nombre, résiste à celle de l’amiral Russel au large de Barfleur ; mais le brouillard et des courants contraires l’immobilisent : 15 vaisseaux, dont le fameux « Soleil Royal », sont détruits lors de cette bataille de la Hougue. Héros malgré la défaite, la ténacité de Tourville, sa carrière exemplaire et son investissement dans les progrès de la marine, il est élevé au grade de maréchal de France le 27 mars 1693.
Il remporte une victoire navale contre les Britanniques et les Espagnols lors de la bataille du cap Saint-Vincent, au large du Portugal en février 1693.
En juin 1693, il détruit partiellement le convoi anglo-hollandais de Smyrne à Lagos pour une trentaine de millions de livres. Sa flotte s'élève alors à 190 bâtiments dont 94 vaisseaux de ligne.

Il travaille ensuite à la fortification des côtes françaises puis se retire à Paris. Il est enterré en l'église Saint-Eustache de Paris.
Cette statue en marbre le représente encore jeune mais déjà en commandant. Réalisée en 1827 par Joseph Charles MARIN pour le pont de la Concorde à Paris, longtemps dans la cour d’honneur de Versailles, elle fut transférée à Tourville-sur-Sienne en 1931. En effet avec la Restauration et le retour des Bourbons, le gouvernement substitua au projet napoléonien du pont de la Concorde un nouveau programme représentant douze gloires militaires et civiles de l'Ancien régime. Les statues furent installées en 1828.
Dès 1832, Louis-Philippe demanda leur enlèvement et les œuvres furent déposées dans une cour du château de Versailles. En 1931, l'administration prit la décision de déposer les statues dans les communes ayant un lien avec les personnages représentés. Le maréchal de Tourville est destiné à Tourville-sur-Sienne qui avait abrité le fief et le manoir de la famille. Tourville, coiffé d'un chapeau empanaché tient une épée et le bâton de commandement. La statue a été exécutée en 1816 par le sculpteur Joseph-Charles Marin. Exécutée dans le marbre de Carrare, elle mesure 4,26 m et est l'un des chefs-d’œuvre du néo-classicisme préromantique, elle est protégée au titre des Monuments historiques depuis le 18 juillet 2006[2].

Statues D’autres statues célèbrent Tourville, sur la façade de l'hôtel de ville de Paris, au jardin des plantes de Coutances depuis 1907 (statue de bronze fondue pendant la Seconde guerre mondiale dont il ne subsiste que le socle), remplacée par une statue de pierre provenant du Trocadéro à Paris et offerte par l'État en 1952, au château de Versailles (sculpture de 1781 de Jean-Antoine Houdon) et au musée national de la céramique à Sèvres (Hauts-de-Seine) toujours Houdon, 1783.

Références

  • Extraits du mobilier touristique au pied de la statue
  • Plaque du socle

  • Vue de dos

  • Signature du sculpteur

  • Façade hôtel de Ville de Paris [3]

Repères géographiques

Communes limitrophes : Agon-Coutainville, Heugueville-sur-Sienne, Bricqueville-la-Blouette, Gratot, Saint-Malo-de-la-Lande

Localisation sur ViaMichelin

Démographie

Année 1793180018061821183118361841184618511856
Population 1 020 - 1 068 1 100 1 026 947 933 801 855 811
Année 1861186618721876188118861891189619011906
Population 793 822 750 747 761 760 688 644 632 626
Année 1911192119261931193619461954196219681975
Population 585 502 518 517 489 573 557 563 491 481
Année 198219901999200620112016----
Population 538 551 589 669 775 - - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2014.

En photos

Notables

Seigneurs et patrons de la paroisse

Les de Costentin

Lire la notice concernant la famille...

Les maires

Prénom(s) NOMMandatObservations
- -  
- -  
- -  
Émile SEVESTRE - en 1978  
- -  
Yves MICHEL 1995 - (2020) Secrétaire général de l'Assemblée nationale, réélu en 2014  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOMPériodeObservations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOMPériodeObservations
- -  
- -  

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières

Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

HorairesLundiMardiMercrediJeudiVendrediSamediDimanche
Matin - 9h00 - 12h00 9h00 - 13h00 9h00 - 12h00 - - -
Après-midi 14h00 - 17h00 14h00 - 17h00 - 14h00 - 17h00 14h00 - 17h00 - -

Mairie
Adresse : 1 Place Léon-Paul Legraverend - 50200 Tourville-sur-Sienne

Tél : 02 33 47 13 96 - Fax :

Courriel : mairie.tourville@wanadoo.fr

Site internet : Site de la Communauté de Communes

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : (2/2013)

Dépouillements des registres paroissiaux

Collections : 1668 à aujourd’hui

Dépouillements du CG50 : 1668-1803 (BMS)

(mise à jour avril 2010)

Archives notariales

Remarques

Bibliographie

  • Renault, Revue monumentale et historique de l’arrondissement de Coutances, « Annuaire du département de la Manche » 1852, p. 665 et s., et additifs de 1861.

Voir aussi (sur GeneaWiki)

Liens utiles (externes)

Notes et références

  1. ↑Abbé LECANU, « Histoire du diocèse de Coutances et d’Avranches », Coutances, 1878, page 357 (t. 2).
  2. ↑Base Mérimée
  3. ↑Wikimanche
  4. ↑Blason, Armorial général de France. Vol. 20 : Normandie (Caen) (906 p.), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, Bibliothèque nationale de France, Mss fr.32247, Gallica
Chapelle aux Jacquets. Photo P. Saliou

One thought on “Abbaye De Lessay 502

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *